Critique : "Zagros" de Sahim Omar Kalifa

Critique : "Zagros" de Sahim Omar Kalifa

Sahim Omar Kalifa avait fait parler de lui lorsque son premier court-métrage, Lands of The Heroes avait atterri en compétition officielle à Berlin. Le second, Baghdad Messi, a récolté tant de prix qu'il était nominé automatiquement sur la longlist des Oscars en 2014. Et puis, Bad Hunter était une petite perle, à la fois tragique et burlesque, totalement réjouissant. En trois courts-métrages seulement, Kalifa s'est affirmé comme un véritable conteur, au sens noble et populaire du terme, mélangeant drame et burlesque avec une aisance époustouflante. Son premier long-métrage s'écarte un peu de la veine burlesque de son cinéma comme pour mieux en révéler la trame. Par-delà la guerre, l'enfance, l'innocence, l'infamie et la violence des plus forts, ses films sont des drames psychologiques qu'il hisse à la hauteur des fables. Tragédie amoureuse sur fond de conflit entre modernité et tradition, Zagros est le portrait sombre et poignant d'un homme déchiré entre deux mondes. Un premier long-métrage très prometteur.

Lire la suite
Critique : "Le Fidèle" de Michaël R. Roskam

Critique : "Le Fidèle" de Michaël R. Roskam

Lorsque Gino, dit « Gigi » (Matthias Schoenaerts) rencontre Bénédicte, dite « Bibi » (Adèle Exarchopoulos), c’est la passion immédiate. Totale. Incandescente. L’un ne peut vivre sans l’autre. Lui aime son côté maternel et rassurant. Elle aime ses cicatrices et sa part d’ombre. Car Gigi a un secret, de ceux qui mettent des vies en danger : il est braqueur de banques et de fourgons blindés. Et son gang est activement recherché par les autorités. Dès lors, Gigi et Bibi (qui accepte la situation) vont se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles afin de rester fidèles à leur amour inconditionnel.

Lire la suite
Critique : "Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu

Critique : "Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu

- Vous connaissez le proverbe : « Vache voyageant loin, gros pis. »- Et qu’est-ce que ça veut dire exactement ?- Aucune idée.

Cet échange cocasse entre François Damiens et la détective qu’il a engagée pour retrouver son père biologique (jouée par Brigitte Roüan) n’est qu’un exemple parmi d’autres des dialogues joyeusement absurdes parsemés ci et là dans le troisième film de Carine Tardieu (réalisatrice de La Tête de maman et Du Vent dans mes mollets). Le scénario prend un malin plaisir à transcender son statut de modeste vaudeville par un goût prononcé pour l’absurde et une tendresse infinie pour ses personnages hauts en couleur. Les dialogues, mijotés aux petits oignons, portent la patte du cinéaste Michel Leclerc (Le Nom des Gens, La Vie Très Privée de Monsieur Sim), officiant cette fois en tant que simple scénariste.

Lire la suite
Suivant