Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Critique : "Emma Peeters" de Nicole Palo

Dix ans après son premier long-métrage, Get Born, la réalisatrice belge Nicole Palo revient enfin, avec une comédie fantaisie qui tourne en dérision le suicide, la crise de la trentaine et ses déboires avec le milieu cinématographique.

Emma peeters

Tous les professionnels vous le diront, se faire sa place dans le cinéma est un vrai sacerdoce. Nicole Palo en fait indéniablement partie  : un bref coup d’œil à sa filmographie nous apprend que dix longues années séparent son premier long-métrage de son second. Il y a donc un certain sens à ce que la protagoniste de son nouveau film, Emma Peeters, vive elle aussi les souffrances et les malheurs du Septième art.

Mme Peeters (Emma pour les intimes) est une comédienne d’une trentaine d’années qui parcourt les castings où elle essuie refus sur refus. Au désespoir sur tous les plans, elle troque finalement son désir d’être devant une caméra pour une autre ambition : celle de mettre fin à ses jours dans les règles de l’art. Un projet qu’elle met en place avec la même désinvolture qu’elle aurait à organiser des vacances à la mer. La date de son suicide fixée, elle va jusqu’à créer une liste de tâches à accomplir avant de passer l’arme à gauche, qui comprend notamment de coucher une dernière fois et de trouver quelqu’un pour s’occuper de son chat. C’est avec une sérénité étrange mais fascinante que la jeune femme contemple donc sa future mort, elle dont la bibliothèque déborde des écrits peu optimistes de Charles Bukowski et Michel Houellebecq.

 

(...)

▷ Lire la suite sur le site de Cinergie

► Voir le film sur UniversCiné