Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Critique : "En amont du fleuve" de Marion Hänsel

Marion Hänsel réunit à nouveau Olivier Gourmet et Sergi Lopez pour son douzième long métrage, le pèlerinage de deux frères qui apprennent à se connaître, En amont du fleuve.

Homer et Joe, remontent presque malgré eux le cours d'un fleuve croate à bord d'une embarcation brinquebalante, flanqués d'un chien inconnu qui s'est invité sans crier gare sur leur périple. Rapidement, on apprend que les deux hommes sont étrangers l'un à l'autre, si l'on excepte le lien de sang qui les unit. Leur père, que l'un n'a pas assez connu quand l'autre l'a peut-être trop connu, vient de mourir, leur laissant en héritage un questionnement irrésolu sur les circonstances de sa mort: meurtre ou suicide? Les deux hommes partagent dorénavant non seulement des gènes, mais aussi une quête commune. Ils prennent la route, ou plutôt le fleuve, pour aller sur les traces des dernières heures de ce mystérieux géniteur. Sur les eaux du fleuve, puis sur les sentiers escarpés des montagnes, ils se découvrent, alors que petit à petit, l'énigme de la mort du père semble trouver une résolution.

De ce pèlerinage et cette quête de vérité qui vient bien tard, Marion Hänsel fait un buddy movie bucolique, où les héros voguent et marchent au rythme de la nature. Le personnage principal, c'est peut-être ce père, figure de l'absence qui a laissé un creux que ces deux hommes d'âge mûr tentent chacun à sa façon de combler. "J'ai toujours rêvé de lui dire combien j'avais de camions, à quoi ils me servent maintenant qu'il est mort mes camions, se demande Homer?" Homer, cet homme bougon et autoritaire, n'est-il pas finalement en quête d'une reconnaissance qui lui a été confisquée par la mort de son père? Et Joe, le romancier doux et bienveillant, presque enfantin, "écrit parce que ça (lui) évite de parler". Mais ces frères en quête de vérité se cachent eux-mêmes des choses. L'un tait sa frustration quand l'autre tait le père violent de peur de décevoir. Découvrant la véritable nature de son géniteur, Homer croit le perdre une deuxième fois. Leur rencontre inopinée avec Sean, un baroudeur irlandais qui rechigne à parler va lever le voile sur tout un pan de la vie de leur père, pour le pire plus que pour le meilleur. Si Joe et Homer n'ont pas hésité à mettre leur vie entre parenthèses pour se réconcilier avec la mémoire de ce père mort, ce qu'ils découvrent ne les rassérène pas. Pourtant au fil du fleuve, ils perdent encore un peu plus un père, pour mieux se découvrir un frère. Face à l'adversité des nuits de montagne, ils se livrent et finissent par se rapprocher malgré eux. Homer apprend à prendre soin d'un autre que lui, quand Joe parvient enfin à s'ouvrir hors de ses livres.

[...]

 

> Lire toute la critique d'Aurore Engelen sur le site de Cinergie

> Voir le film