Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Critique : "Chasseuse de géants" d'Anders Walters

À première vue, Barbara (Madison Wolfe) n’est qu’une énième adolescente mal dans sa peau : solitaire, insoumise, harcelée quotidiennement à l'école, elle passe le plus clair de son temps dans le bureau du proviseur. Pourtant, Barbara, qui vit dans une station balnéaire de Long Island sous la garde de Karen (Imogen Poots), sa sœur aînée, a un Q.I. à trois chiffres. Suspect au XXIe siècle ! Qu'elle préfère jouer à l'extérieur plutôt qu'aux jeux vidéo et lire des livres plutôt que de prendre des selfies, qu'elle fasse preuve d'une maturité d'adulte est, de toute évidence, un signe de dysfonctionnement ! En fait, la mal-aimée est la seule personne sur terre prête à affronter les Géants, ces créatures fantastiques venues d'un autre monde pour semer le chaos. Dehors, Barbara ne joue pas : elle prépare des pièges et des potions pour affronter ces ennemis qui menacent la ville et tous ses habitants. Cynique et désabusée, Barbara pense qu’elle n'a pas besoin d'amis car, de toute façon, ils vont tous mourir !... Jusqu’au jour où elle s’en fait deux d’un coup : Sophia (Sydney Wade), une nouvelle élève anglaise, ostracisée tout comme elle, qui est attirée par ses excentricités. Sans oublier Mademoiselle Mollé (Zoe Saldana), la douce psychologue de l’école, qui va tenter d’aider Barbara à « retrouver ses esprits » et de la comprendre. Une tâche ardue car, avec le temps, Barbara a appris à garder ses distances avec la race humaine. Et l’arrivée des Géants s’annonce imminente…

Tombé amoureux de la bande dessinée de Joe Kelly et J.M. Ken Niimura publiée en 2008, Chris Columbus (Gremlins, Home Alone, Harry Potter) décide de produire son adaptation avec les Belges d'Umedia (pratiquement toute l’équipe technique est belge) et en confie la réalisation au Danois Anders Walters, oscarisé pour son court-métrage Helium. Ceux qui, l’année dernière, ont vu A Monster Calls (Quelques Minutes après Minuit) de J.A. Bayona, seront en terrain connu puisque les deux films mettent en scène des ados marginaux qui, afin d’affronter la maladie d’un de leurs parents et d’exorciser leur colère, s’inventent des mondes et des créatures imaginaires. Chez Bayona, il s’agissait d’un arbre millénaire qui venait donner la leçon à un petit garçon. Ici, l’aspect fantastique est mis de côté jusqu’au climax pour se concentrer sur les tourments de cette gamine qui porte en permanence des oreilles de lapin et est méprisée par les brutes de sa classe qui la craignent autant qu’ils la méprisent. N’ayant pas sa langue dans sa poche, Barbara a toujours une réplique cinglante à leur offrir pour se protéger de leur violence. Le ton est sombre et risque de choquer ceux qui s’attendaient à un énième « joli film pour enfants ». À l’instar du Labyrinthe de Pan (de Guillermo Del Toro) et du chef-d’œuvre méconnu Oz : Un monde extraordinaire (de Walter Murch), que le réalisateur a pris pour modèles, I Kill Giants est un film qui n’élude jamais la violence et les moments douloureux pour édulcorer son propos.

(...)

 

> Lire la suite sur le site de Cinergie

► Voir le film sur UniversCiné