Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Critique : "Le Fidèle" de Michaël R. Roskam

Lorsque Gino, dit « Gigi » (Matthias Schoenaerts) rencontre Bénédicte, dite « Bibi » (Adèle Exarchopoulos), c’est la passion immédiate. Totale. Incandescente. L’un ne peut vivre sans l’autre. Lui aime son côté maternel et rassurant. Elle aime ses cicatrices et sa part d’ombre. Car Gigi a un secret, de ceux qui mettent des vies en danger : il est braqueur de banques et de fourgons blindés. Et son gang est activement recherché par les autorités. Dès lors, Gigi et Bibi (qui accepte la situation) vont se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles afin de rester fidèles à leur amour inconditionnel.

« Le Fidèle » du titre c’est Gigi, qui se bat pour préserver son couple mais c’est surtout le réalisateur Michaël R. Roskam. Fidèle à ses thèmes de prédilection (la rage de vivre de jeunes gens instables et bouillonnants), à un acteur fétiche magnétique, à un style coup de poing fait d’images se situant entre les bleutés urbains de Michael Mann et la violence froide de William Friedkin, le tout dans un environnement mi-francophone, mi-flamand qui reflète la topographie sociale et linguistique du Bruxelles d’aujourd’hui. Fidèle encore à quelques obsessions personnelles : suite à un trauma d’enfance, Gigi a une peur panique des chiens, une phobie que l’on retrouvait dans les deux premiers films du réalisateur. Comme Jacky (anti-héros de Rundskop, déjà interprété par Schoenaerts) et Bob (Tom Hardy dans le mésestimé The Drop), Gigi est lui-même un chien sauvage qui doit être apprivoisé, dressé, qui doit apprendre à avoir foi en l’affection qu’il reçoit. La différence, c’est que Gigi se soumet totalement à l’affection de sa bien-aimée, le réalisateur insistant sur le fait que l’amour véritable n’est pas simplement quelque chose que l’on donne et que l’on reçoit, c’est aussi un acte de soumission. C’est là toute l’essence de la relation entre Gigi et Bibi. Mais malgré la solidité du couple, le gangster va peu à peu devenir la chose qu’il craint et qu’il déteste, n’en prenant conscience que bien trop tard.

(...)

 

> Lire la suite sur le site de Cinergie

► Voir le film sur UniversCiné