Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Critique : "Razzia" de Nabil Ayouch

Razzia, le dernier long-métrage de Nabil Ayouch (Much Loved, Les Chevaux de Dieu), sort en salles. Jetant un regard sans concessions sur son pays, ce long-métrage marocain (co-produit avec la France et la Belgique) explore avec émotion et intelligence les espoirs, les contradictions et l’intolérance qui habitent le Casablanca d’aujourd’hui.

Razzia est avant tout le portrait d’une certaine jeunesse, partagée entre ses désirs de libertés et ses contraintes. Construit comme un film choral, le récit nous passe de la vie de l’un à l’autre  : il y a cette jeune fille aisée en prise avec son homosexualité, cet ouvrier qui rêve d’être le nouveau Freddie Mercury, ce patron de restaurant dont le judaïsme joue un rôle plus important qu’il ne le voudrait sur son existence, ou encore cette jeune femme éprise de liberté dans un mariage qui ne lui en laisse pas beaucoup. Leurs parcours respectifs sont différents, mais ils se font mutuellement écho. Chacun d’eux fait de son mieux pour se réapproprier une identité qu’il leur est souvent interdit d’avoir ; tous sont à la recherche d’une meilleure vie, épris d’un désir d’acceptation, d’être aimé pour ce qu’ils sont et non pour ce que la société voudrait qu’ils soient.

(...)

 

> Lire la suite sur le site de Cinergie

► Voir le film sur UniversCiné