Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

"Joyeux Noël, Rachid" de Sam Garbarski

Bruxelles, c’est bientôt Noël. Une fête dont se sentent exclus deux gamins de 10 ans, musulmans. A leurs yeux, c’est une injustice intolérable.

Troisième court métrage de Sam Garbarski, « Joyeux Noël Rachid » a remporté plusieurs prix du public dans divers festivals de courts métrages. On comprend aisément pourquoi : le film est drôle, inventif et surtout profondément humain. L’odyssée dans un Bruxelles en fête de ces deux gamins s’inventant leur Noël en dit plus long sur la mondialisation de la culture et sur le processus d’intégration des communautés migrantes que de longs discours de spécialistes. Il met en valeur quelques données universelles : la fausse naïveté des enfants, leur sens aigu de la justice, leur débrouillardise et leur pouvoir de séduction. Pour préserver la  spontanéité de ses deux jeunes acteurs, Sam Garbarski a privilégié une mise en scène sobre dans laquelle la caméra est au service des protagonistes, et non le contraire. Au final, cela donne une sympathique leçon de tolérance, dynamique et enjouée.

Pierre Duculot pour UniversCiné