Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

La sélection du mois d'août 2014

Pour cette dernière sélection de l'été avant la rentrée, nous n'avons sélectionné que le meilleur de nos dernières entrées avec tout d'abord notre coup de coeur de l'année puis le face à face de l'année (aussi), du thriller belge qui ne risque pas de vous laisser indemne, un documentaire belge hypnotisant made in USA, un drame pour les profs en vacances (et qui voudront le rester), un peu d'horreur coréenne et un film du plus grand cinéaste iranien expatrié au Japon.

Le Coup de coeur du mois : "Her" de Spike Jonze

Theodore, un homme seul perdu dans une grande mégalopole d'un futur proche, fait l'acquisition d'un OS (application intelligente d'assistance personnelle) dont il ne tardera pas à tomber amoureux.Tragicomédie romantique sur fond de science-fiction, le dernier Spike Jonze émerveille, questionne, et signe l'une des plus belles surprises de l'année et le premier coup de coeur de la rédac en 2014 (on vous explique pourquoi ici)

 

Le face à face du mois : "Diplomatie" de Volker Schlöndorff

En une nuit, pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans un Paris en pleine occupation, un homme doit en convaincre un autre de ne pas détruire la capitale française.Deux monstres sacrés du cinéma contemporain - André Dussolier et Niels Arestrup - se rencontrent dans un drame à la tension et au suspense psychologique intenses.

 

Le thriller belge du mois : "De Behandeling" de Hans Herbots

Réalisateur de "blockbusters" du Nord du pays (Windkracht 10, Verlengd Weekend), Hans Herbots se lance dans l'adaptation d'un roman de Mo Hayder, "Le Traitement", et plonge son spectateur dans une enquête policière qui ressemble surtout à une descente aux enfers d'un flic, confronté à ses propres peurs et souvenirs douloureux, pour retrouver un petit garçon disparu. Âmes sensibles s'abstenir, puisque le cinéaste remonte blessures d'enfance et traumatisme collectif avec le spectre de la pédophilie à la surface.

 

Le documentaire du mois : "Behind the Redwood Curtain" de Liesbeth De Ceulaer

Un voyage hypnotisant à travers la forêt sombre et magnifique des Séquoia géants de Californie du nord. Sept témoins - bûcherons, scientifiques, militants et Amérindiens - nous invitent à découvrir leur vie dans cette impressionnante forêt. Il n'y a pas de Walmarts ou de Starbucks ici, juste des petites villes et de grands arbres.

 

Le film pour prof (en vacances) du mois : "Detachment" de Tony Kaye

Henry Barthes, professeur remplaçant plutôt introverti, est assigné pendant trois semaines dans un lycée difficile de la banlieue new-yorkaise. Entre dépression et transmission, "Detachment" est avant tout un film sur la difficulté d'enseigner, celle d'apprendre aussi, et enfin d'exister. Avec une mise en scène inventive, le film tente de rester la tête hors de l'eau, tout juste à la surface, malgré tout.

 

L'horreur coréenne du mois : "Deux soeurs" de Jee-woon Kim

Grand Prix du Festival de Gérardmer (Fantastic'Art), le coréen met en place un subtil drame horrifique qui joue à la fois sur une terreur (plus psychologique que visuelle) et des relations familiales troubles, laissant le spectateur avancer dans un épais brouillard et se créer des fantômes bien plus horribles que ceux qui n'apparaissent à l'écran. Un film résolument à part dans l'horreur asiatique.

 

L'expatrié du mois : "Like Someone In Love" d'Abbas Kiarostami

Lorsque l'iranien Abbas Kiarostami se rend au Japon, cela donne une histoire à trois (entre un vieillard érudit, une étudiante aussi belle que fauchée et un chauffeur de taxi jaloux) aux nuances infinies, entre subtilité et poésie. Le cinéaste reste fidèle à son thème de prédilection, le faux, et l'applique cette fois aux schémas amoureux. Un incontournable de la filmographie du grand Kiarostami.