Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

La sélection du mois de mai 2014

Comme chaque mois, découvrez notre tour d'horizon du cinéma du monde entier : du Japon avec Kore-eda à l'Afrique du Sud de Mandela en passant par la Géorgie avec une histoire d'amitié entre filles ; avec une escale en France en compagnie de Sara Forestier et François Damiens, s'arrêter dans les bains-douches londonniens avec Mike et Susan - faire un bond dans le temps mais rester en Angleterre en compagnie de George IV - pour enfin terminer par un club en Belgique dans les années 80...

La nouveauté du mois : "Tel père tel fils" d'Hirokazu Kore-Eda

Prix du jury au dernier Festival de Cannes, le dernier film d'Hirokazu Kore-eda (dont vous pouvez retrouver l'interview en cliquant ici), variante japonaise de "La vie est un long fleuve tranquille" (deux familles diamétralement opposées apprennent, plusieurs années plus tard, que leurs enfants ont été échangés à la naissance) présente une humanité, une lumière et une justesse tout en évitant de tomber dans les facilités et les clichés. Une fine analyse sociale et philosophique salutaire.

 

Le drame du mois : "Suzanne" de Katell Quillévéré

Suzanne

Fille-mère, soeur, amoureuse, fugitive, prisonnière, Suzanne va là où le vent la porte, avec un bouillement et une énergie hors du commun, qui insuffle au film une force dans le drame et prend à la gorge. Avec son deuxième long-métrage, la réalisatrice signe un portrait de femme (Sara Forestier - dont la gravité équilibre l'inconscience de Suzanne) tragique et fougueux et figure parmi les immanquables du cinéma francophone de ce début d'année 2014.

 

Le biopic du mois : "Mandela" de Justin Chadwick

Après un travail d'adaptation de plusieurs années de l'autobiographie de Nelson Mandela, Justin Chadwick livre une fresque toute en nuance de la vie de cette icône récemment disparue (quelques jours seulement avant la sortie cinéma du film, triste coïncidence), de ses débuts en jeune avocat irresponsable au militant puis Président dont le destin ne fera qu'un avec son pays, l'Afrique du Sud. Une oeuvre loin des conventions manichéennes qu'on aurait pu craindre et dont les jeux d'acteurs - Idris Elba en tête de file - impressionnent et subliment le film.

 

Le film culte du mois : "Deep End" de Jerzy Skolimowski

Quand Jerzy Skolimowski filme les premiers émois adolescents, cela donne "Deep End" : un incroyable poème visuel qui oscille entre humour, séduction et tragédie ; qui fait résonner en nous nos propres Susan de jeunesse, nos premiers désirs, nos lubies, accomplissements, bonheurs, désillusions & frustrations. Un film à la fois tellement universel et pourtant si singulier par son traitement avec son image, sa composition et ses couleurs si propres à lui. Une perle rarement concurrencée depuis les années 70.

 

Le documentaire belge du mois : "The Sound of Belgium" de Jozef Devillé

Il était une fois, en Belgique... La New Beat. Jozef Deville décortique la création musicale belge qui a changé la face de la musique dans les années 80 et a révolutionné la façon de faire la fête dans le plat pays et du monde entier. 

 

La découverte du mois : "In Bloom" de Nana Ekvtimishvili

Une histoire d'amitié entre deux adolescentes à Tbilissi, en Géorgie. Le quotidien des jeunes filles de leur âge, dans la rue, à l’école, avec les amis ou la famille... et les hommes. Présenté au dernier festival de Berlin, le destin d'Eka et Natia au lendemain de l'effondrement de l'Union soviétique ont marqué les esprits et révélé nombre de choses ignorées sur un pays si proche de nous et pourtant trop méconnu. Une première oeuvre qui promet un bel avenir à sa réalisatrice, Nana Ekvtimishvili.

 

Le retour du mois : "Le Discours d'un roi" de Tom Hooper

4 Oscars, 7 BAFTAs, 1 Goya, Independant Spirit Award, European Film Award... Est-il encore besoin de présenter "Le Discours d'un Roi", le film de Tom Hooper où Colin Firth y interprète George IV, contraint et forcé de devenir Roi d'Angleterre suite à l'abdication de son frère Edouard VIII. Bègue, incapable de s'exprimer en public et considéré comme inapte à la fonction, le film raconte le combat d'un homme pour devenir lui. Intelligent, subtil et profondément humain.