Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

La sélection du mois de septembre 2014

Pour la rentrée, nous vous avons concocté un menu toute en découvertes, en voyages, rencontres, rebellions et rires. D'Alexander Payne à Alex de la Iglesia en passant par Kurosawa et Sattouf. Bienvenue en septembre !

Le road trip du mois : "Nebraska" d'Alexander Payne

Nebraska

Un vieil homme convainc son fils de traverser les Etats-Unis afin de récupérer un million de dollar promis par un dépliant publicitaire. Alexander Payne balade sa caméra dans son Nebraska natal, part à la rencontre d'une Amérique authentique avec sa mélancolie acerbe, son noir & blanc sublime et, surtout, un immense Bruce Dern, d'ailleurs récompensé à Cannes pour sa prestation.

 

Le beau vélo du mois : "Wadjda" d'Haifaa Al Mansour

Wadjda

Wadjda, 12 ans, habite dans la banlieue de Riyad, écoute du rock, porte jeans et Converse et rêve de s'acheter un vélo... Ce qui, dans son pays, est interdit aux filles. Afin de récolter de l'argent, la jeune fille, élevée dans un milieu conservateur, va participer à un concours de récitation coranique... Premier film réalisé (clandestinement) en Arabie Saoudite, qui plus est par une femme, "Wadjda" et son vélo vert a marqué l'année 2013 et posé une pierre dans l'histoire du cinéma.

 

Les ados du mois : "Les Beaux Gosses" de Riad Sattouf

BG

Riad Sattouf, illustrateur et bédéaste de son état, réalise en 2009 son premier film, directement sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, et offre l'un des films les plus drôles du cinéma français de ces dernières années. Il révèle le jeune Vincent Lacoste, 16 ans, et livre un portrait aussi personnel qu'intemporel, tendre et cru de l'adolescence, dans toute sa splendeur et sa disgrâce.

 

La comédie frappée du mois : "Les sorcières de Zugarramurdi" d'Alex de la Iglesia

Sorcieres

Avec le Corbeau d'Or et le Prix du Public au dernier BIFFF + un Goya pour Terele Pavez, on peut dire que le dernier Alex de la Iglesia n'est pas passé inaperçu. Toujours aussi délicieusement irrévérencieux et totalement grandiloquent, le cinéaste espagnol livre une comédie gore et fantastique dans laquelle un groupe de braqueurs doivent traverser le village de Zugarramurdi... Sans se douter que celui-ci est habité par des sorcières qui ont une dent contre les hommes. Ca va faire mal.

 

Le court belge du mois : "Bowling Killers" de Sébastien Petit

Bowling killers

Continuons avec le BIFFF et ce court-métrage signé pour le Collectifff en 2011 par Sébastien Petit. L'histoire de deux tueurs à gage qui s'apprêtent à participer à un match de bowling très important, mais s'arrêtent sur la route pour exécuter un contrat. S'ensuivent alors dix savoureuses minutes de dialogues savamment écrits, de petites gueguerres communautaristes entre flamands, wallons et français - non, pire, parisiens - le tout arrosé d'une touche de Coen et de Tarantino. A ne pas manquer !

 

Le documentaire du mois : "La Cour de Babel" de Julie Bertuccelli

Cour de babel

Happée par sa rencontre avec une professeur en  classe d'accueil, Julie Bertuccelli s'immisce dans la vie d'une de ces classes pendant une année, où grandissent et s'épanouissent de jeunes migrants apprenant le français, et filme échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans venus des quatre coins du monde. Une ôde à la différence, inépuisable source de richesse.

 

Le classique du mois : "Barberousse" d'Akira Kurosawa

Barberousse

Dernière collaboration entre le génie japonais et son acteur fétiche, Toshirô Mifune, Kurosawa adapte encore une fois un roman de Shūgorō Yamamoto (après Sanjuro et avant Dodes'kaden) et raconte l'histoire d'une rencontre entre un médecin strict et son nouvel assistant. Explorant ses thèmes chers et récurrents (l'humanisme et l'existentialisme), "Barberousse" est tout simplement l'un des plus beaux films du cinéaste.