Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

« La version du loup » de Ann Sirot et Raphaël Balboni

Tout le monde connaît l’histoire : il était fois une petite fille vêtue de rouge qui apportait à sa mère-grand une galette et un petit pot de beurre. Mais dans cette version, le chaperon n’est pas si petit et le loup est le dindon de toutes ses farces.

Passionnés par les univers de fables et de contes, Ann Sirot et Raphaël Balboni s’emparent ici d’une histoire inscrite dans l’imaginaire collectif pour mieux la détourner. Nul besoin pour eux de resituer le contexte, tout le monde le connaît. Il leur suffit de placer côte à côte une jeune femme en cape rouge et un homme vêtu de brun pour poser leurs protagonistes, le chaperon et le loup.

Comme s’ils relevaient un défi en s’attelant à cet exercice de style qu’est le détournement, ils font une sorte d’essai cinématographique, en dévoilant, outre l’envers du décor du conte, celui du film. En effet, entre chaque saynètes du film (découpé en trois rencontres : chaperon/loup, loup/mère-grand, chaperon/mère-grand), ils exposent leurs acteurs dans leur loge, en train de se préparer et de changer de costumes.

Par sa forme atypique, la complicité évidente et le plaisir communicatif des deux acteurs (Ana Cembrero Coca et Jean-Jacques Rausin, impeccables), le tout sur une musique envoûtante de Django Reinhardt, La version du loup impose sa légèreté comme une évidence et emporte le spectateur dans son délire primesautier.

Thibaut Grégoire

 

Regardez La version du loup de Ann Sirot et Raphaël Balboni sur UniversCiné.be